La plateforme Hashtag Senegaal : Une vision citoyenne au service de l’éducation numérique

628

La rédaction de Publi Tech Echo est allée cette semaine à l’encontre de M. Assane Niang. Ce dernier est un professionnel de la Communication diplômé de l’ETICCA très actif dans le domaine de l’éducation citoyenne.  A travers cet interview, M. Niang à mis l’accent sur la plateforme Hashtag Senegaal. 

1.  Pouvez-vous vous présenter aux lecteurs de Publi Tech Echo ?

Je vous remercie de m’avoir donné l’opportunité par ce médium de parler à un public spécialisé et vous encourage dans vos actions visant à donner de la communication au Sénégal un sacre continental.

Me présenter aux internautes et lecteurs revient à vous donner les motivations qui jusqu’ ici me permettent de miser davantage sur la citoyenneté et le Patriotisme pour voir mon Pays le Sénégal plus prospère ou il fait toujours bon vivre. Je suis communicant de formation diplômé d’une école supérieure de Communication Franco Sénégalaise à Dakar

Après un Master en Communication Institutionnel j’ai très tôt opté l’idée d’entreprendre dans les secteurs de la corporate communication pour venir en appui aux entreprises et personnalités qui manifestaient ouvertement leur besoin de communiquer librement sans contrainte avec les nouveaux médias.

Je peux vous dire que depuis moins d’une décennie, j’ai pratiqué sans discontinuité l’exercice de communicant au service des entreprises, des communautés et d’organisations. Actuellement je sers dans une Agence de Communication Digitale et Événementielle qui offre son expertise aux industries de la communication et de la publicité.

2.    Quel est l’objectif de la plateforme Hashtag Senegaal ?

Hashtag Senegaal est une tribune d’échange et de partage favorisant l’émergence d’une réflexion sur les enjeux du développement durable des TIC permettant de changer radicalement les conditions de vie des concitoyens.

La Plateforme Hashtag Senegaal souhaite promouvoir les TIC dans le but de former, d’informer et d’impliquer les jeunes vers des actions citoyennes et de développement local.

La Plateforme se fixe Cinq objectifs principaux :

  • Favoriser une appropriation de la culture numérique
  • Promouvoir une bonne utilisation du numérique dans les zones vulnérables et marginalisées à l’accès de la technologie
  • Renforcer la participation des citoyens à la gouvernance locale.
  • Accompagner les artisans, commerçants, groupements femmes et jeunes dans leur transition numérique.
  • Sensibiliser les citoyens aux grandes possibilités et potentiels qu’offre le numérique pour un changement radical de leurs conditions de vie.

Le but de nos actions est de créer une ressource complémentaire à l’éducation nationale chez les moins jeunes et à la promotion du patriotisme, du Civisme et la citoyenneté en proposant des interventions de prévention, d’information et de vulgarisation aux Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). Hashtag Senegaal incite à de nouvelles formes de solidarité, de partenariat et de coopération au service de la population locale. Hashtag Senegaal s’ouvre à tous les citoyens sénégalais ainsi qu’aux amis du pays de la Téranga désireux de vivre dans un Sénégal pluriel et de partage. Le Sénégal de nos rêves.

3.    Peut-on ainsi parler d’une plateforme d’éducation et de solidarité numérique ?

Effectivement Cheikh. Le Sénégal vit actuellement une véritable révolution du savoir-faire dans le domaine de numérique. Cette ébullition a fait naître plusieurs opportunités d’entreprendre dans le secteur des TIC.

Nous le constatons au quotidien : l’avènement de l’ère numérique a modifié en profondeur tous les aspects de la société sénégalaise. C’est une mutation qui ne s’arrête pas. Au cours des prochaines années, l’émergence de technologies numériques novatrices continuera de bouleverser les façons de faire des entreprises et des consommateurs sénégalais.

Il nous faut expressément un cadre qui profitera pleinement aux citoyens lambda. C’est l’occasion de saluer l’initiative ambitieuse du Gouvernement à travers la stratégie « Sénégal numérique 2025 » élaborée dans le but de maintenir le Sénégal en une position de pays leader innovant dans le domaine du Numérique.

Pour appuyer le passage de notre société vers cette économie qui marque le 21e siècle, les initiatives de la Stratégie numérique doivent aussi prendre en compte l’aspect de la formation des jeunes et moins jeunes se trouvant dans les zones défavorisées.

Au-delà des formations à la carte ou des écoles privées qui coutent excessivement chers pour le citoyen aux revenus modestes, des initiatives doivent être entreprises pour mutualiser la formation et encourager les organisations qui s’activent dans ce sens à aller vers les zones moins équipées.

La disparité numérique affecte les couches vulnérables et interpelle notre haut niveau de conscience à y remédier. Ce doit être un défi au niveau national qui interpelle tous les acteurs de la Transition numérique. Hashtag Senegaal en fait un sacerdoce.

4.    Selon vous, les TIC occupent-elles la place prédominante qu’elles devraient avoir au niveau des jeunes du Sénégal ?

Je reformulerai la question ainsi. Les pouvoirs publics misent ils sur la jeunesse pour tirer le meilleur parti du potentiel de la jeunesse sénégalaise au service de la transformation par les TIC ?

On pourra tirer en substance dans la réponse à la précédente question que les efforts restent. Effectivement la technologie est devenue accessible pour la majorité de cette frange jeune. Cependant l’usage intelligent et bénéfique qui pourrait en découler reste une autre question.

Aujourd’hui chacun y va de son style. Si le numérique permet au marchand ambulant de Sandaga de poster ses articles sur les médias sociaux ou contacter son client par WhatsApp et en tirer profit. On pourra aussi constater les niveaux de dépendance de nos jeunes frères et sœurs sur ces médias qui favorisent une baisse intellectuelle décriée partout par les acteurs de l’éducation. Chose regrettable comme si cette frange exposée de la population ne comprenait pas assez les opportunités que lui donne cet outil fabuleux à transformer positivement sa vie sociale et professionnelle.

5.    Quelles sont les actions déjà menées ?

Depuis le lancement de la Plateforme dans les locaux du WARC (West African Research Center) de Fann Résidence le 19 Septembre passé, beaucoup de compatriotes se joignent à l’effort pour participer à la vulgarisation de la culture numérique en ayant comme angle d’attaque le renforcement des valeurs citoyennes et patriotiques par l’utilisation habile de l’outil numérique.

Cette plateforme se veut d’abord une plateforme citoyenne. Après des séries d’interviews et interventions au niveau des médias il est actuellement question de lancer un premier camp Citoyen « PARCOURS DU LION » destiné à la formation des jeunes et benjamins à l’usage citoyen et responsable des TIC.

Un collège de la banlieue proche de Dakar recevra le premier camp numérique citoyen au Mois de Mars prochain.

D’autres actions du fait de leurs caractères confidentiels avec un public cible suivront. Les concitoyens seront bien informés à moment opportun.

6.    Quels sont les perspectives que vous dégagez quant à l’association des TIC et éducation ?

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) ont le pouvoir de compléter, d’enrichir et de transformer positivement l’éducation.

Les technologies peuvent faciliter l’accès universel à l’éducation, combler les lacunes de l’apprentissage, soutenir le développement professionnel des enseignants, améliorer la qualité et la pertinence de l’apprentissage.

A travers le camp Citoyen « PARCOURS DU LION » il sera question de prouver l’intervention pertinente du Numérique dans le renforcement des capacités des jeunes élèves.

C’est l’occasion d’interpeller la conscience des pouvoirs publics à miser sur ces outils accessibles aux jeunes pour renforcer les valeurs patriotiques et citoyennes.

7.    Quel appel lanceriez-vous aux jeunes et à l’endroit des autorités sénégalaises ?

Une année sabbatique a vécu. Le Sénégal fait face à la dictature des artisans de l’incorrection jamais connue par le passé dans tous les supports du social média.

Une épisode douloureuse qui semble laisser de marbre les pouvoir politiques et les auteurs du droit. S’il est connu que le Sénégal est confronté à un énorme vide juridique en la matière, il reste convaincu que le tableau lugubre de 2017 sur la toile sénégalaise n’honore pas la république des valeurs.

Encore faudrait-il pas, au-delà des cris à tu tête notés dans tous les sphères de la société sénégalaise, inviter les pouvoirs publics à prendre sereinement cette question en main.

L’heure est aux choses sérieuses. Le danger   ne frôle plus, mais arme sa canine pour mordre au plus profond de notre chaire. Les valeurs fondamentales du « sutureu » ou du « kessa » m’interdiront de retracer le cycle sabbatique qui montrait au reste du monde que la belle éducation à la sénégalaise se crame.

C’est à nous de redorer cette belle image du Sénégal aux valeurs que nous envie le Monde entier.

8.   Votre mot de la fin

Vous féliciter d’avoir cette belle idée de mettre sur place cette plateforme d’information spécialisé dans les TIC pour l’Afrique et le Sénégal en particulier.

Rassuré par votre parcours et votre maitrise de la communication et des relation publiques, cette plateforme nous permettra nous professionnels de la communication de nous informer sur l’évolution et la pratique du numérique au Sénégal et dans le Monde.

Merci pour votre sollicitude à l’endroit de Hashtag Senegaal.

Interviewé par Cheikh Bamba Ndao 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *