Afrique: Les ministres des TIC dressent le bilan et les perspectives de l’économie numérique

163

Dans le but d’échanger sur les enjeux des Technologies de l’information et de la communication (TIC) en Afrique, les ministres africains des TIC se sont réunis à Nairobi, au Kenya, à l’occasion d’une table-ronde sur le thème « Réglementation et régulation des Télécommunications/TIC en Afrique : bilan et perspectives ».

Cette première table-ronde ministérielle tenue dans le cadre de la Conférence de plénipotentiaires de l’Union Africaine des Télécommunications (UAT) du 16 au 17 août 2018 a réuni 11 ministres africains de l’Economie numérique et des TIC (Burkina-Faso, Burundi, République Démocratique du Congo, Djibouti, Gambie, Ghana, Kenya, Nigéria, Rwanda, Afrique du Sud, Ouganda), avec pour modérateur le député ivoirien, Dr Guibessongui N’Datien Séverin, Expert-juriste international en Télécoms & TIC.

Ce cadre d’échanges et de concertation a permis aux ministres africains des TIC de partager les bonnes pratiques entre Etats membres, d’identifier les nouveaux défis de l’économie numérique et d’envisager les perspectives réglementaires idoines.

« L’Afrique fait mains et pieds pour ne pas rater la révolution numérique. Elle s’accroche non seulement pour en tirer toutes les dividendes mais surtout pour être acteur et non spectateur de ce mouvement digital qui façonne le 21ème siècle », a situé le modérateur, Dr Guibessongui, à l’entame de cette Table-ronde.

Il a ensuite conduit les différents ministres à aborder les thématiques d’’intérêt majeur portant notamment sur le bilan de l’état de développement de l’industrie des TIC en Afrique; les défis de la réglementation et de la régulation des nouveaux enjeux de l’économie numérique (économie collaborative, Internet des objets, OTT, Cloud Computing, etc.); les enjeux de la protection des données à caractère personnel et les enjeux de l’itinérance mobile en Afrique

Les panélistes ont été amenés à faire un retour d’expériences de leurs régions respectives en matière d’itinérance mobile communautaire. Ils ont également envisagé la possibilité et les conditions d’une itinérance continentale en vue de faciliter les communications transfrontalières au sein de l’Afrique.

Par ailleurs, ils se sont inquiétés du bilan de la mise en œuvre des cadres juridiques de la protection des données personnelles (législations nationales, communautaires et continentale), tout en relevant les difficultés.

« Le débat fort enrichissant qui s’en est suivi avec le public et les acteurs de l’industrie des TIC, montre que l’Afrique déploie tous les efforts, publics et privés, pour être acteur majeur de la révolution numérique, malgré les difficultés observées », conclut la note d’information.

Agence de Presse Ivoirienne




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *