« Abus de données »: Mark Zukerberg refuse de comparaître devant le parlement britanique

266

Mark Zuckerberg a refusé la requête du Parlement britannique de s’exprimer sur l’abus de données.

Le patron de Facebook enverra plutôt un de ses adjoints à la place. Damian Collins qui dirige le comité du numérique, de la culture, des médias et du sport, avait écrit à M. Zuckerberg pour lui demander directement de comparaître.

La lettre de M. Collins fait la demande explicite et suggère que M. Zuckerberg lui-même apparaisse. Il avait donné un deadline jusqu’à lundi soir, 26 mars pour répondre à la demande.

Facebook a finalement répondu à travers une lettre datée du 26 mars, dans laquelle l’entreprise affirme qu’il enverra soit Mike Schroepfer, directeur de la technologie de Facebook, ou Chris Cox, son chef de produit. Tous deux travaillant sous la direction de Mark Zuckerberg depuis plus de 10 ans et comptent parmi les cadres les plus anciens de l’entreprise.

Il n’a pas dit pourquoi le patron de Facebook lui-même ne pouvait pas comparaître.

Zuckerberg a été critiqué à plusieurs reprises pour son incapacité à parler publiquement des allégations d’abus de données faites à la suite du scandale de Cambridge Analytica. Il n’a pas abordé la controverse pendant un certain nombre de jours, et l’a finalement fait avec une déclaration sur son site qui a lui-même attiré les critiques des utilisateurs.

« Facebook reconnaît pleinement le niveau d’intérêt du public et du Parlement pour ces questions et soutient avec conviction que ces orientations doivent être abordées au plus haut niveau de l’entreprise « . Avant d’ajouter qu’ « en tant que tel, M. Zuckerberg a personnellement demandé à l’un de ses adjoints de se rendre disponible pour témoigner devant le Comité. »

La lettre affirmait également que seulement 1% des téléchargements de thisisyourdigitallife – l’application utilisée par Cambridge Analytica pour recueillir des données sur les utilisateurs à leur insu – provenaient du Royaume-Uni.

Damian Collins a déclaré que le comité DCMS serait « très heureux d’entendre M. Cox pour témoigner », mais qu’il voulait toujours parler à Zuckerberg. « Il a déclaré dans des interviews que s’il est la bonne personne à apparaître, il apparaîtra », a-t-il dit.

La question à se poser demeure alors : pourquoi le patron de Facebook refuse-t-il d’aborder la sérieuse question de la protection de nos données personnelles ?




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *